restaurateurs ouverts covid
© Nattakorn Maneerat/istock
in ,

Restaurateurs : 4 pistes pour continuer à travailler

Malgré les aides, la situation reste très compliquée et ne permet pas aux nombreux restaurateurs de sortir la tête de l’eau. Aussi, en attendant de rouvrir leurs portes, de nombreux artisans ont décidé de diversifier leur champ d’action afin de réaliser quelques rentrées d’argent dans l’idée d’amortir leurs pertes de trésorerie, et supporter quelques charges comme les loyers et locations de certains matériels. En outre, rester actif permet de garder le contact avec la clientèle et d’entretenir le moral de ses salariés. Faire preuve d’ingéniosité et développer son activité est donc devenu pour beaucoup d’entre eux un moyen de pérenniser au mieux leur entreprise. Voici donc 4 pistes pour continuer à travailler en pleine crise sanitaire et pourquoi pas se lancer dans un tout nouveau projet !

1. La Smart Néo

smart néo
Capture écran : apitech-solution

La Smart Neo peut être une bonne manière de renflouer les caisses face aux salles de restaurants vides. Il s’agit d’un distributeur modulable en 4 compartiments qui permet à un artisan boulanger de vendre ses baguettes, ses pâtisseries ainsi que ses boissons, mais qui peut tout aussi bien être utilisé par un pizzaïolo ou une association d’artisans.

Divisées en 4 parties, on y retrouve :

  • 1 module pour les boissons (réfrigéré)
  • 1 module à casier (réfrigéré)
  • 1 module à pizza (avec cuisson)
  • 1 module pour baguettes (avec cuisson)

L’entreprise qui produit ces distributeurs propose également une étude de projet gratuite afin de répondre aux mieux aux besoins de l’artisan. Enfin, ce distributeur multiproduit modulable offre un large choix de possibilités de paiement et permet sans aucun doute d’élargir son champ d’action sur son circuit de vente.

2. Les sites de livraison de repas à domicile

livraison en ligne
© Ridofranz/istock

De nombreux sites et plateformes existent pour réaliser des livraisons à domicile. Très popularisée ces dernières années, cette pratique est devenue très prisée par ceux qui souhaitent rester chez eux et elle s’avère en outre très efficace pour limiter la propagation du virus. Bien que de nombreuses plateformes existent, il est recommandé de créer son propre site de livraison afin d’éviter les intermédiaires et les manques à gagner.

D’une manière générale, la livraison est très appréciée en ville et demande beaucoup d’organisation, mais une fois les problèmes logistiques réglés, elle apportera un vrai plus à l’activité du commerçant/artisan.

3. L’achat d’un camion en commun ?

foodtruck
© Gumpanat/istock

Et pourquoi pas ?! Les foodtrucks, ou petits restaurants ambulants, sont très en vogue ces dernières années. Tout droit importés des États-Unis, les camions-cantine en français sont un bon compromis entre le sandwich et la brasserie du coin.

Ils sont parfaits pour les salariés qui souhaitent manger sur le pouce et servent une cuisine qui se veut à la fois rapide, simple et bonne. Petit inconvénient à ce type de vente à emporter : l’achat d’un camion peut parfois être très onéreux. Il est toutefois possible de s’associer à d’autres restaurateurs pour proposer de multiples produits et diviser les charges que cela pourrait engager.

4. La vente à emporter ou click & collect

click and collect
© Alessandro Biascioli/istock

Apparu dans les années 2000, le « click and collect » permet de commander à distance puis de récupérer la commande dans l’établissement. Il s’agit d’une vente à emporter sans livraison, donc moins coûteuse pour le restaurateur et le client !

Pratique et très en vogue ces derniers temps, l’e-commerce montre réellement son efficacité avec ce type de solution. En plus de faire des économies sur les frais de livraisons, le client peut également réserver à l’avance son produit et le retirer lorsque cela l’arrange.